|    03 Mars 2017

La finance alternative en France multipliée par 2 entre 2015 et 2016

Depuis 2013, l'association professionnelle Financement Participatif France (FPF) publie le baromètre de référence de la finance participative en France. En 2017, KPMG et FPF s'associent pour cette nouvelle édition. Avec plus de 100% de progression entre 2015 et 2016, la finance alternative confirme s'inscrire durablement dans le paysage du financement en France.

La finance alternative en France : une progression de 100% entre 2015 et 2016

En 2016, la finance alternative confirme s'inscrire durablement dans le paysage du financement en France, avec une très nette croissance entre 2015 et 2016 : en 2015, 297 millions d'euros de fonds étaient collectés ; en 2016, le montant atteint 6269 millions d'euros. "Cette très forte croissance est notamment due à la création de nouveaux projets et de nouvelles plateformes, ainsi qu'à une hybridation de plus en plus prégnante des modèles.", explique Nicolas Lesur, Président de Financement Participatif France.

Dans ce paysage français de la finance alternative, la place du crowdfunding est confirmée, avec +40% de fonds collectés. Toutes les typologies progressent : +37% pour le don, +46% pour le prêt et+36% pour l'investissement.

 

Le crowdfunding : un mode de financement de plus en plus ancré et populaire, avec 2.6 millions de financeurs en France

Le nombre de financeurs de projets continue sa progression : ils sont désormais 2.36 millions en 2016 contre 2.3 millions en 2015. "Ce mode de financement est de plus en plus populaire chez les Français. C'est d'autant plus important qu'en parallèle, nous observons une chute des actionnaires individuels passés de 7 à 3 millions en 10 ans.", explique Fabrice Odent, Associé KPMG, responsable des activités Financial Services. "Un phénomène que nous expliquons également par le profil des financeurs, qui a nettement évolué." En 2016, 20% de projets participatifs supplémentaires ont également été financés : il s'agit de 21 375 projets, contre 17 775 projets en 2015.

 

L'âge moyen des financeurs du crowdfunding, très inférieur à celui des financeurs traditionnels

Portrait-robot des financeurs de projets :

  • les financeurs pardon : des projets "jeunes" : près de la moitié des financeurs a moins de 34 ans ; seuls 28% d'entre eux sont âgés de 50 ans et plus
  • les financeurs par prêt : des projets plus "équilibrés" : un tiers pour les 18-34 ans, un tiers pour les 35-49 ans, un tiers pour les plus de 50 ans
  • les financeurs par investissement : ce sont des projets qui demandent davantage d'expérience : la majeure partie des financeurs appartiennent à la catégorie 50 ans et plus ; les 18-24 ans ne représentent que 18% des financeurs

"Dans l'ensemble, l'âge moyen demeure très inférieur à celui des financeurs de produits financiers traditionnels : accessibles, 100% digitaux, ces projets parlent aux générations les plus jeunes ont grandi avec Internet." explique Mikaël Ptachek, Senior Manager KPMG, spécialiste Fintech.

 

 

Pour en savoir plus

> Retrouvez les chiffres du baromètre du crowdfunding 2016

 

Ce site est réalisé grâce au mécénat de fondation sncf