le Mag

Synthèse des Ateliers du Faire ensemble 2030 : Favoriser l’accès de toutes et tous à l’éducation

Synthèses d’études

L’éducation de qualité (Objectif de développement durable n°4) est au carrefour de questions sociales, mais aussi économiques et politiques. Elle doit permettre à chacun d’être acteur de son parcours en accédant à ses capacités et constitue en ce sens un puissant levier pour réduire les inégalités (ODD 10). L’accès à l’éducation fait cependant l’objet de nombreuses inégalités, et ce tout au long du parcours éducatif. Le développement de coopérations éducatives doit permettre d’y répondre.

Panorama des inégalités en matière d’éducation

Si l’accès à la formation initiale est garantie pour une très large majorité en France, des barrières persistent dans l’accès à l’éducation de certaines catégories de population. Les enfants vivant dans des situations de grande précarité – mineurs isolés, enfants vivant en bidonvilles, en habitat précaire ou en hébergement d’urgence – ne parviennent pas toujours à s’inscrire à l’école. La situation en outre-mer est encore plus sensible : on estime que 5 000 enfants à Mayotte et 10 000 en Guyane seraient privés d’école.

Le handicap est également un facteur d’inégalité dans l’accès à l’éducation. Malgré la loi de 2005 qui a instauré un droit à la scolarisation pour tous les enfants et adolescents handicapés, et de réels progrès en la matière[1], des difficultés persistent, du fait notamment de l’absence de conformité de nombreux établissements aux normes d’accessibilité. Ces difficultés se prolongent tout au long du parcours éducatif, puisque seulement 6 % des jeunes handicapés âgés de 20 à 24 ans sont diplômés de l’enseignement supérieur.

Les inégalités éducatives ne s’observent pas qu’au niveau de l’accès à l’école, mais également tout au long du parcours scolaire, et sont le plus souvent le reflet d’autres inégalités, sociales et territoriales. L’évaluation PISA souligne que 20 % de la variation des performance scolaire des élèves français en sciences est associée à des différences de statut économique[2], tandis que l’OCDE[3] souligne que l’ « écart de résultats scolaires entre les enfants de milieux aisés et ceux de familles modestes est visible dès l’âge de dix ans et se creuse tout au long de la vie ».

 

Promouvoir une éducation de qualité

Les inégalités d’accès à l’éducation soulignent que la question éducative est une question transversale, qui concernent une pluralité d’autres sujets, relatifs tant à la santé (ODD 3), qu’à l’éradication de la pauvreté (ODD 1) et la réduction des inégalités (ODD 10) ou encore à la qualité des conditions de vie et de notre environnement quotidien. Une éducation de qualité aura trait ainsi tant aux contenus qu’aux conditions dans lesquelles ils sont transmis, et à leurs finalités. L’éducation – qui ne se limite pas à l’école – doit pouvoir se faire dans de bonnes conditions, dans des lieux adaptés et garantir un égal accès de toutes et tous à des contenus permettant de révéler et exprimer ses capacités, pour trouver sa place dans la société et en être un citoyen actif.

En réponse à ces enjeux croisés, des coopérations peuvent se développer, au service d’une réelle égalité des chances.

Des dispositifs tels que les Programmes de réussite éducative, mis en place en 2005 avec la loi de programmation pour la cohésion sociale, reposent sur un accompagnement individualisé des élèves en difficulté, en fonction de leurs difficultés spécifiques et reposent sur une nécessaire coordination des acteurs éducatifs avec d’autres acteurs. Plus récemment, l’expérimentation des Cités éducatives, portées sur 80 territoires vise à fédérer les acteurs et les dispositifs, pour notamment porter une continuité éducative pour les jeunes de 3 à 25 ans, tant dans le cadre scolaire que dans les autres cadres. Services de l’Etat, collectivités, associations et habitants sont au cœur des Cités éducatives.

Les entreprises ont également un rôle dans les coopérations éducatives. Notamment dans le cadre des stages proposés aux élèves de 3e. Elles interviennent également dans des dispositifs de parrainage et de mentorat d’accompagnement d’élèves. L’Institut Télémaque, par ses différents programmes, propose des parrainages à des élèves méritants portés à la fois par l’école et par un professionnel. Autre exemple, United Way – L’Alliance, impulsée par la Fondation SNCF et un collectif de fondations, a initié avec la fondation ADP le programme « Défi jeunesse » qui propose aux jeunes une série d’accompagnements, individuels et collectifs, pour découvrir l’entreprise et ses métiers.

Ces exemples soulignent que l’éducation est un fait global, et que la réussite éducative est marquée par de nombreux déterminants. L’éducation est par ailleurs un levier essentiel, en faveur de l’insertion des personnes, de leur pleine participation à la vie de la Cité, et par conséquent de cohésion sociale. Les problématiques éducatives appellent par conséquent une coordination des acteurs et des actions qu’ils portent, pour porter des stratégies d’impact collectif au service d’une égalité des chances réelle.

 

Bastien Engelbach

Coordonnateur des programmes, La Fonda

>> Pour en savoir plus, retrouvez l'intégralité du Carnet d'exploration "Favoriser l'accès de toutes et tous à l'éducation"

 


[1] En 2004, 133 838 enfants handicapés étaient scolarisés en milieu ordinaire. En 2017, ce chiffre s’élève à 300 815.

[3] « Equity in Education : Breaking down barriers to social mobility », OCDE, 2018 https://www.oecd.org/fr/presse/les-inegalites-scolaires-sont-visibles-des-l-age-de-dix-ans.htm

 

 

Ce site est réalisé grâce au mécénat de fondation sncf