|    13 Février 2017

Emerige et l'île de tous les arts

Laurent Dumas n’en finit pas de lancer à la conquête de nouveaux défis le groupe Emerige qu’il a fondé voici maintenant plus de vingt-cinq ans. Sélectionné en 2016 pour restructurer l'immeuble Morland dans le cadre du projet Réinventer Paris, le voici aujourd’hui sur les rails pour réaliser sur la pointe amont de l’Ile Seguin un grand pôle culturel et artistique.

C’est qu’en un quart de siècle, Laurent Dumas s’est forgé l’image d’un entrepreneur dynamique et innovant qui sait s’entourer des meilleurs. Les meilleurs architectes, les meilleurs designers, les meilleurs artisans. Dans le même temps, il a su aussi faire partager sa conviction que l’art peut changer le quotidien et ce n’est pas sans raison qu’il a très activement participé au lancement de l’opération 1 immeuble, 1 oeuvre, l’équivalent, dans le secteur privé, du 1% artistique dans les constructions publiques. Cette conviction, on la retrouve aussi dans la création, en 2014, du fonds de dotation Emerige qui encourage l’émergence d’artistes de la scène française et favorise la rencontre entre la culture et tous les publics en soutenant l’art dans la ville et les actions d’éducation artistique et culturelle.

 

Après la succession d’avatars qui ont mis en péril le devenir de l’Ile Seguin, le nouveau défi confié à Emerige est d’en faire un haut lieu culturel du futur Grand Paris. Le projet porte d’une part sur un centre d’art pluridisciplinaire et un multiplexe de cinémas, et d’autre part sur un hôtel arty de 220 chambres dans lesquelles seront accrochées des œuvres réalisées par un artiste de la jeune scène française.

C’est le trio catalan de RCR Arquitectes, concepteurs du musée Soulages à Rodez, et Calq, qui portent le projet de centre d’art et des huit salles de cinéma. En dehors de la collection d’œuvres d’art de Laurent Dumas, d’autres collections y seront invitées, à l’image de la collection d’art Renault, trop peu connue. D’autres partenaires culturels travaillent à des pistes de collaboration, parmi lesquels la fondation Giacometti et la fondation Gandur pour l’art. Un programme d’éducation artistique et culturelle sera par ailleurs développé à destination du jeune public en écho à la politique d’Emerige en faveur du rapprochement de la culture et de tous les publics. Illustration de cette ambition, le pôle accueillera à terme La Source de Gérard Garouste, prolongeant ainsi le soutien du groupe à cette association.

 

Lieu de foisonnement culturel, des fonctions complémentaires viendront nourrir le nouveau site: une librairie, des restaurants, des cafés ainsi que des espaces dédiés à l’exposition d’oeuvres d’art, sous l’impulsion du Comité professionnel des galeries d’art.

A quatre ans de l’ouverture du nouveau pôle au public, Jérôme Sans, responsable de la programmation culturelle et artistique, refuse pour l’instant d’aller au-delà de ces orientations générales. Il affirme par contre avec force que le nouveau pôle culturel ne sera pas un concurrent des institutions qui ont pu s’installer dans les environs ces dernières années. Il proposera une offre complémentaire tournée vers le 21ème siècle.En préambule à la présentation du projet Emerige, le 30 janvier, Pierre-Christophe Baguet, maire de Boulogne-Billancourt, a souligné que la ville qu'il administre est un lieu singulier porteur d'une forte mémoire collective liée à son histoire industrielle. C'est aussi une ville d'artistes qui ont donné au monde nombre d'oeuvres monumentales considérables: le Christ du Corcovado (Paul Landowski), la statue de la Liberté (Auguste Bartholdi), ... Mais ce sera surtout, demain, une cité au coeur du nouveau réseau de transport du Grand Paris.

Yves Le Goff

En préambule à la présentation du projet Emerige, le 30 janvier, Pierre-Christophe Baguet, maire de Boulogne-Billancourt, a souligné que la ville qu'il administre est un lieu singulier porteur d'une forte mémoire collective liée à son histoire industrielle. C'est aussi une ville d'artistes qui ont donné au monde nombre d'oeuvres monumentales considérables: le Christ du Corcovado (Paul Landowski), la statue de la Liberté (Auguste Bartholdi), ... Mais ce sera surtout, demain, une cité au coeur du nouveau réseau de transport du Grand Paris.

 

 

Ce site est réalisé grâce au mécénat de fondation sncf