le Mag

Le mécénat en Charente-Maritime - Regards croisés

Comptes-rendus d’événements

Le 23 février s’est tenu, pour la 1ère fois en Charente-Maritime, la restitution du baromètre ADMICAL du mécénat des entreprises, en direct de l’agora de l’agence Atlantech du Crédit Agricole Charente-Maritime Deux-Sèvres. Retour sur cet événement avec Elisabeth Delorme-Blaizot, responsable associative au sein d’Unis-Cité, administratrice d’un fonds de dotation en Charente-Maritime et anciennement déléguée générale du mécénat EDF ; et Laure Mathoulin, déléguée régionale ADMICAL et chargée de mécénat.

 

Laure Mathoulin, vous avez largement contribué à l’organisation et à l’animation de cette présentation du baromètre. Un focus a été réalisé sur l’ancienne région Poitou-Charentes. C’est une chance dans ces temps de semi-confinement de pouvoir restituer largement ces données aux entreprises mécènes. Quelles y sont les spécificités du mécénat des entreprises aujourd’hui et comment l’expliqueriez-vous ?

Une des spécificités du mécénat des entreprises picto-charentaises est un don moyen élevé : 12.428€ en 2018, ce qui les placent dans le haut du classement des régions. Par ailleurs, seules 3,5% des entreprises de cette région ont déclaré un don cette même année. Pour comparaison, elles étaient 6,7% en Aquitaine à déclarer un don. Le mécénat des entreprises en Poitou-Charentes serait donc plutôt porté par un noyau d’entreprises qui s’engagent sur des montants de don relativement importants.

Les données de l’INSEE révélaient qu’en 2011, pour l’ancienne région Poitou-Charentes, seulement 41 % des salariés travaillaient pour une entreprise dont le centre de décision se situe hors de la région. Ce taux est parmi les plus faibles des régions françaises. On peut donc supposer qu’avec des centres de décisions géographiquement proches des salariés, les entreprises vont être particulièrement sensibles aux enjeux qui animent leur territoire. Cela pourrait expliquer, en partie, pourquoi lorsque ces entreprises concrétisent leur engagement mécénat, celui-ci est fort.

 

 

Au-delà des chiffres, quels sont les thèmes qui, selon vous, se sont imposés lors de la table ronde réunissant les témoignages du Crédit Agricole Charente-Maritime Deux-Sèvres, la Fondation Fiers de nos Quartiers et le Port Atlantique La Rochelle ?

Plusieurs thèmes se sont détachés, tant sur la forme de l’engagement des entreprises que sur l’objet de cet engagement. Tout d’abord l’approche collective adoptée tant par le Crédit Agricole CMDS, qui n’intervient que sur des projets portés avec d’autres parties prenantes (publics ou privés), que par les entreprises mécènes de la Fondation Fiers de nos Quartiers à La Rochelle, qui ont adopté l’action collective pour choisir et soutenir ensemble des associations de proximité sur leur territoire, dans des domaines divers et variés tels que le sport, la culture, le social, l’environnement, l’entraide etc…

 

Pouvez-vous faire un petit coup de projecteur sur les modalités d’action du mécénat dans notre région ?

Les rôles se fondent entre porteurs de projets et mécènes qui se rencontrent autour d’une même intention, un même souhait, et sont tous deux dans l’action. Prenons l’exemple d’une entreprise mécène qui va rejoindre le conseil d’administration d’une association œuvrant pour la protection du littoral, et dont les collaborateurs vont participer, sur la base du volontariat, à des actions de nettoyage de plages avec les bénévoles de la structure.

 

De votre côté Elisabeth Delorme pouvez-vous nous partager vos réactions et votre ressenti un peu plus à distance ? Avez-vous perçu des évolutions notables dans les modalités de décision, d’intervention et de soutien qui pourraient vous avoir étonnée ?

J’ai été également frappée au cours de ces échanges par les nouvelles évolutions du mécénat d’entreprise. Les grands groupes et les entreprises - Crédit Agricole, Grand Port, Grande distribution, Services publics, Collectivités, parlent d’une seule voix. Ils ont fait une nouvelle fois la démonstration que le mécénat a la capacité de se réinventer aux rythmes des changements et des besoins de la société. Outil puissant de dialogue entre l’entreprise et son environnement, inscrit délibérément dès sa création (années 1990) dans la modernité, il a fait preuve de ses capacités de précurseur (laboratoire de démarches novatrices, facilitateur d’expérimentations, accompagnateur dans la durée). Ces échanges ont permis de confirmer qu’il est devenu une des « formes d’expression de la société civile partie prenante de l’intérêt général » - selon la définition de Jacques Rigaud, fondateur d'Admical - parmi les plus abouties.

Il s’est ancré plus solidement encore dans l’esprit d’entreprendre, de résultats, de productivité sociétale, dans des stratégies de long terme et de réussite.

Mais cette conférence me semble marquer une césure. Face à une crise sanitaire, sociale et économique d’une ampleur jamais rencontrée, il se positionne aux avant-postes, il est clairement sorti de sa zone de confort. Plus réactif face aux urgences, il agit aujourd’hui aussi dans le court terme avec tous les outils dont il dispose (mutualisation, partenariats, mise en réseau, investissement, prises de risques).  Ainsi au-delà des actions d’accompagnement ou de promotion des initiatives des jeunes eux-mêmes, de celles du Gouvernement, des employeurs, des associations, c’est le statut de la Jeunesse dans notre société et le destin de cette génération qui devient un objectif commun. Pour ce faire, le mécénat réunit l’intelligence collective, mobilise le pouvoir d’agir, devient tout à la fois agrégateur et accélérateur.

Pour répondre plus directement à votre question, c’est la vision du monde, la façon de penser et d’agir des entreprises mécènes comme de toute la société qui est impactée. Sans modifications de ses fondements et son socle de valeurs, on est proche d’un changement de paradigme du mécénat qui a déjà anticipé et s’est préparé à faire face à la sortie de crise et à la relance.

 

> Pour revivre la restitution des chiffres du baromètre du mécénat d'entreprises Admical (focus Charente Maritime) au Crédit Agricole Charente-Maritime Deux Sèvres, rendez-vous sur la chaîne youtube d'Admical 

 

 

 

Ce site est réalisé grâce au mécénat de fondation sncf