|    28 Octobre 2015

Les chiffres clés du volontariat en Belgique

Que représente aujourd'hui le travail non rémunéré dans le volume total d'activités en Belgique ? Qui sont ces hommes et ces femmes qui choisissent de s'investir - un peu, beaucoup, énormément - dans des activités bénévoles ? A la demande de la fondation Roi Baudouin, des chercheurs de l'université de Liège et de Gand ont réalisé une analyse quantitative qui donne une image précise du travail volontaire en Belgique, sur la base d'un échantillon représentatif de près de 10 000 personnes.

L'ampleur du travail volontaire en Belgique

Selon les données de l'enquête, le nombre total de bénévoles s'élève en Belgique à plus de 1 800 000 personnes, soit 19.4% de la population âgée de 15 ans et plus. Au cours des douze mois précédent l'enquête, les bénévoles ont mené en Belgique plus de 2.2 millions d'activités non rémunérées, qui se déroulent le plus souvent au sein d'une seule organisation (pour 79.5% des bénévoles). En moyenne, un bénévole a consacré près de 190 heures à ces activités gratuites au cours de l'année, soit près de 4 heures par semaine. Les bénévoles collaborent majoritairement au secteur asscoatif (83.3% des activités bénévoles) alors que le secteur public ne capte qu'une part très réduite de ces activités (7.7%). Si l'on prend en compte le domaine d'action des organisations qui occupent des bénévoles, 4 secteurs d'activités apparaissent dominants et concentrent près de 7 activités bénévoles sur 10 : le sport (19.4% des activités), la culture et les activités socio-culturelles (18.9%), les services sociaux (16.5%) et l'éducation et la formation (14.3%). Viennent ensuite les organisations de défense des droits et des intérêts (9.1%) et les associations de jeunesse (9%).

 

Le profil des volontaires en Belgique

Le genre semble sans rapport avec le taux de bénévolat et il y a pratiquement autant d'hommes que de femmes parmi les volontaires belges. Au niveau de l'âge, le taux de bénévolat suit globalement une courbe légèrement ascendante, avec un pic entre 40 et 49 ans, suivi d'un déclin progressif. Les seniors ne sont donc pas proportionnellement plus nombreux à s'engager comme volontaires. En revanche, il existe en Belgique d'importants écarts dans l'engagement volontaire selon le niveau de formation : le taux de bénévolat s'élève en même temps que le diplôme obtenu. Près de la moitié du travail volontaire en Belgique est réalisé par des personnes qui possèdent un diplôme de l'enseignement supérieur.

 

Pour en savoir plus :

> Télécharger l'étude

 

 

Ce site est réalisé grâce au mécénat de fondation sncf