Marie-Victoire Abbou devient déléguée générale d’Admical

Pour l’année 2021 Admical vous prépare plusieurs nouveautés ! La première étant un changement à la direction exécutive. Après presque 10 ans et demi à Admical, dont 6 en tant que déléguée générale, Sylvaine Parriaux a décidé de tirer sa révérence. Elle est très heureuse de passer le relais à Marie-Victoire Abbou, qui a œuvré pendant 12 ans au développement et à la pérennisation du Festival d’Aix, et qui gardera un pied à Aix en Provence.

Découvrez le regard de Sylvaine sur son « aventure Admical » et faites connaissance avec Marie-Victoire et sa vision pour les années à venir.

 
 
 
 
Sylvaine, quel bilan faîtes-vous de vos années à la direction d’Admical ? 

 

Alors que je rêvais de diriger une organisation, après être entrée dans le secteur de l’ESS suite à une reconversion professionnelle, je ne soupçonnais pas qu’Admical allait me donner cette opportunité quelques années plus tard. 2015 fut une année charnière, et pour moi, et pour l’association. Plutôt que de « renverser la table », je dirais nous l’avons remise d’aplomb ! Nouvelle organisation interne, où nous sommes deux à la direction jusqu’en octobre 2016, nouveau positionnement, stratégie territoriale dynamique, développement de l’offre de professionnalisation, refonte de notre politique événementielle, digitalisation d’activités, et dans un second temps, lancement d’une stratégie affaires publiques proactive. Toutes ces actions portent leurs fruits. Je pense notamment au triplement des clients  formation, à une présence pérennisée dans les territoires suite au Tour de France des mécènes et incarnée par 26 bénévoles, à la reconnaissance institutionnelle et médiatique du rôle déterminant d’Admical avec un point d’orgue en 2018 et 2019. D’un point de vue économique, nous avons réussi à atteindre l’objectif fixé, à savoir lisser nos revenus avec une quasi-stabilisation supérieure à 1 million d’euros sur les 5 dernières années. Hier qualifiée de « vielle dame du mécénat », j’aime aujourd’hui présenter Admical comme une entreprise sociale dont l’ADN reste inchangé : mobiliser des entreprises et des entrepreneurs pour servir toujours plus et mieux le bien commun. Je me suis d’ailleurs dès 2015 considérée comme dirigeante d’une TPE ... engagée bien sûr !

 

Qu’est-ce qui vous a particulièrement marqué ?

 

Les 3 dernières années ont été un défi permanent ! La réforme de la loi nous a mobilisé si intensément en 2018 et 2019, avec la création d’une dynamique collective d’une ampleur sans précédent dans le secteur. C’est extrêmement frustrant de se dire que tous ces efforts n’auront pas permis de faire infléchir la décision du gouvernement sur le rabotage du dispositif pour les grandes entreprises – je pourrai vous dérouler l’argumentaire tellement je l’ai porté ! Mais en même temps, n’oublions pas qu’une belle victoire a été remportée sur la fiscalité du mécénat des petites et moyennes entreprises, une bataille qu’Admical menait depuis très longtemps. L’autre fait marquant de 2019 est bien sûr l’incendie de Notre Dame de Paris, où la déferlante médiatique m’aura laissé perplexe… J’en étais arrivée à la conclusion que les grandes entreprises mécènes cristallisaient très souvent le désamour des Français et des médias. Mais la crise sanitaire a prouvé le contraire ! Et elle a aussi permis de remettre au cœur des débats la raison d’être du mécénat, la solidarité des entreprises pour des causes d’intérêt général. En interne, nous avons dû, comme beaucoup, réadapter complètement notre plan d’action et de notre mode de fonctionnement. L’équipe a su faire preuve de force et d’ingéniosité comme jamais auparavant. Il y a eu des moments éprouvants mais au final la cohésion a été renforcée. 

 

Quels ont été vos moteurs au cours de ces 6 années ?

 

En 2015, dans un contexte où les défis à relever pour Admical n’étaient pas des moindres et où je devais faire mes preuves, la confiance que le conseil d’administration m’a accordée a été déterminante. François Debiesse fut le premier à croire en moi. Nous avons formé un « bon binôme » nous a-t-on dit régulièrement. J’ai énormément appris à ses côtés. L’énergie de l’équipe, quel booster et quelle source d’inspiration au quotidien !! L’enthousiasme de notre réseau de bénévoles, quel bonheur ! Cette « alchimie humaine » au service des Adhérents d’Admical, et de ses partenaires m’ont véritablement nourri.

 

 

Quel est votre état d’esprit aujourd’hui ?

 

J’aurai vécu une expérience sans précédent, et unique (!), dans ma carrière professionnelle au cours de ces 6 dernières années. Je me suis immergée dans un secteur passionnant, j’ai rencontré des personnes tellement engagées et inspirantes, pris des responsabilités et des fonctions qui m’ont honoré et… j’ai tout donné ! Mais aussi parce que je recevais encore plus. C’est une équation magique. Aujourd’hui, je sens que le temps est venu pour moi de passer le relais, à un moment où Admical entame une nouvelle étape décisive dans son histoire. Malgré le tumulte de l’année 2020, nous avons réussi à réfléchir à une transformation profonde du modèle économique de l’association, je pars donc sereine mais émue.

 

 
Marie-Victoire, pourquoi avez-vous décidé de rejoindre ADMICAL aujourd’hui et quelles sont vos convictions ?

 

Que ce soit au sein de HSBC où j’ai occupé le poste de responsable du sponsoring et du mécénat, ou au Festival d’Aix-en-Provence en tant que chargée de mécénat puis Directrice du mécénat et du développement, j’ai fait l’expérience du mécénat sur le terrain. J’en ai compris toute sa force.

Force dans sa capacité à faire vivre et grandir des institutions et leurs projets au bénéfice de toute la Société.

Force dans la nature des relations que le mécénat crée. La relation de mécénat questionne les valeurs de chacun et les motivations profondes exprimées au travers des intérêts à agir.

Force dans son pouvoir de transformation. Un soutien en mécénat conduit le porteur de projet à se structurer, à innover, à se questionner sur l’efficacité de son action. Être une entreprise engagée, c’est sortir des sentiers battus et accepter la prise de risques.

Et enfin force dans sa capacité à se renouveler, à se réinventer. En 15 ans, le mécénat a pris des formes variées comme le mécénat en nature, en compétences, participatif, collectif, public-privé et il est désormais intégré au cœur de la stratégie de l’entreprise : illustration des valeurs, de la raison d’être, vecteur de cohésion interne, outil de R&D, etc.

Fondée sur ces convictions il y a 42 ans, Admical n’a cessé d’agir, indépendamment et collectivement avec force et détermination pour défendre et promouvoir le mécénat auprès des pouvoirs publics au bénéfice de tout l’écosystème : entreprises mécènes et porteurs de projets. Après avoir été instigatrice de mécénat pendant près de 15 ans, j’ai souhaité apporter mon expérience terrain au service de la promotion, de la structuration et de la professionnalisation du mécénat.

 

Quelle est votre vision pour le mécénat ?

 

Si la crise, obligeant les entreprises à recentrer leurs moyens financiers à leur survie, va probablement fragiliser le mécénat à court terme, cette crise révèle aussi l’absolue nécessité de construire dès aujourd’hui le long terme pour une société plus solidaire, plus équitable et plus harmonieuse. On le sait, c’est notamment au travers d’une croissance plus durable et plus responsable intégrant dimensions sociales et environnementales que cette société pourra émerger. Les entreprises sont au cœur de cette transformation et beaucoup d’entrepreneurs veulent opérer une transition de modèle pour mettre l'impact social et environnemental au cœur de leur organisation. La demande des salariés et des consommateurs se fait de plus en plus pressante à cet égard. La recherche du sens devient centrale. Le mécénat doit continuer d’être un levier majeur d’innovation sociale à disposition des entreprises et des entrepreneurs.

 

Quelle est votre feuille de route ? Et quels sont les enjeux principaux pour Admical ?

 

Aujourd’hui, Admical se trouve à l’aube d’une nouvelle phase de son développement.Dans le contexte de crise, si la mission d’Admical est de continuer à promouvoir le mécénat sous toutes ses formes, je suis persuadée qu’elle est aussi d’encourager et de valoriser d’autres modes d’actions qui favorisent l’innovation sociale. Il existe aujourd’hui de plus en plus de modèles hybrides qui relèvent de l’intérêt général sans pour autant correspondre à la définition fiscale et juridique du don :  les Entreprises Altruistes, le secteur de l’ESS qui continue de se développer, les Entreprises à mission etc. Les entreprises qui agissent ou veulent agir pour l’intérêt général doivent trouver auprès d’Admical des ressources et des conseils pour structurer leur engagement.

Par ailleurs, je serai particulièrement attentive à ce qu’Admical œuvre au maintien et à la stabilité des financements des acteurs économiques et ce en faveur de tous les secteurs de l’intérêt général. Poursuivant une évolution amorcée depuis quelques années, le mécénat de demain sera de plus en plus collaboratif et de plus en plus territorial permettant de réunir des compétences, de mutualiser des connaissances et des moyens financiers avec pour objectif de maximiser l’impact. La création d’alliances sur les territoires, associant pouvoirs publics, monde économique et acteurs de la société civile permettra d’engager davantage d’entreprises et principalement les PME/TPE dans une démarche philanthropique. Admical facilitera ces démarches auprès des entreprises. Mon expérience régionale me permettra d’accompagner les ambitions de développement sur l’ensemble du territoire français. Je vis à Aix-en-Provence depuis près de 15 ans et dans le cadre de mon expérience au Festival, j’ai développé des liens avec grands nombres d’acteurs de la Métropole d’Aix Marseille.Dans les prochains mois, Admical proposera et portera, en lien avec la coordination générosité, un cadre déontologique du mécénat d’entreprises afin de contribuer à rétablir la confiance à l’égard du mécénat.

Enfin, outre ses missions, l’un des enjeux d’Admical pour les prochaines années réside dans l’évolution de son propre modèle économique. Cette transformation passera par la digitalisation de ses pratiques et de son modèle permettant d’offrir un service au plus près des attentes de ses adhérents, avec notamment plus de conseil et de formation, d’attirer de nouvelles entreprises partout en France.

Toutes ces perspectives et ces challenges ont conforté ma motivation à conduire avec l’équipe et aux côtés du conseil d’administration cette nouvelle phase de vie d’Admical.

Débutant sa carrière chez HSBC France en tant que responsable du sponsoring et du mécénat, Marie-Victoire Abbou décide de mettre ses compétences au service d’un projet d’intérêt général et rejoint ainsi en 2007 le Festival d’Aix-en-Provence pour son projet fondé sur l’excellence artistique, l’insertion professionnelle de jeunes artistes et l’ouverture aux publics. En créant un club d’entreprises régionales puis en tant que directrice du mécénat et du développement, elle œuvre pendant 12 ans au développement et à la pérennisation du Festival d’Aix. Pilotant la stratégie de collecte de fonds auprès des entreprises et des donateurs particuliers en France et à l’étranger, Marie-Victoire Abbou et son équipe ont permis au Festival de doubler ses recettes de mécénat en 10 ans.

 

 

 

Ce site est réalisé grâce au mécénat de