le Mag

La Fondation Grameen Crédit Agricole : 10 ans de finance au service de l’Intérêt Général

Paroles de mécènes

Admical poursuit son dossier sur la finance responsable. Aujourd'hui, questions à Éric Campos, Délégué Général de la Fondation Grameen Crédit Agricole SA...
 
 
La Fondation Grameen Crédit Agricole SA a fêté son 10ème anniversaire l’année dernière. Pouvez-vous nous rappeler l’origine du projet et les grands axes de vos actions ?

Il y a 10 ans, la Fondation a été créée par le Crédit Agricole et le Professeur Yunus, précurseur de la microfinance et Prix Nobel de la Paix. Aux côtés des institutions de microfinance et des entreprises sociales qui œuvrent chaque jour sur le terrain, la Fondation s’est engagée dans la lutte contre la pauvreté en favorisant l’entrepreneuriat à impact social, c’est sa raison d’être.

Les inégalités continuent de se creuser inexorablement, les périls du changement climatique deviennent toujours plus imminents, les tensions de toutes sortes ne font que croître. La poursuite confiscatoire du profit ne peut plus raisonnablement constituer la finalité des modèles capitalistiques. L’économie doit changer sa matrice, s’ouvrir à une nouvelle dimension : celle de ses effets. C’est ce qu’a exploré depuis 10 ans la Fondation Grameen Crédit Agricole. Spécialiste de la microfinance et de l’entrepreneuriat social, la Fondation représente une expérience à la fois pionnière et singulière. Unique en son genre et reconnue sur le plan international, elle contribue à éclairer pour le groupe Crédit Agricole –aux côtés d’autres entités qui innovent et progressent également dans cette voie– la vertu d’une Finance soucieuse de ses effets. Elle expérimente ainsi une pratique profondément orientée sur l’humain, son environnement et le développement durable des économies.

 

Quel bilan tirez-vous des deux premiers mandats de la Fondation ? Pouvez-vous nous en dire plus sur l’impact social et sociétal des projets que vous avez accompagné ?

La Fondation est un acteur de la Finance inclusive qui cherche à concilier rentabilité économique et impact social. Pour ce faire, elle mène une politique d’investissement rigoureuse priorisant à la fois les critères de durabilité et d’externalités sociales positives. La Fondation intègre la performance financière et sociale au coeur de son processus d’investissement.

Avant d’octroyer ses financements, elle sélectionne ses institutions candidates à partir de critères normés et objectifs figurant dans sa politique d’investissement régulièrement mise à jour. Les équipes de la Fondation travaillent avec des partenaires qui respectent deux champs de critères : ceux de la performance sociale et ceux de la recherche de l’équilibre économique.

En 10 ans, la Fondation a octroyé 200 millions d’euros de financements dans 38 pays, dont 40% parmi les moins avancés avec un taux de perte inférieur à 0,6%. 200 millions d’eurosde financement permettent de financer entre 600 et 700 000 microcrédits. Plus de 80% des bénéficiaires des microcrédits sont des femmes et nous intervenons très majoritairement en zones rurales.

 


Selon vous, comment est amené à évoluer le secteur de la finance responsable dans les prochaines années ?

La finance responsable est une notion large qui recouvre plusieurs définitions, mais qui peut être résumée par l’exercice du métier visant à concilier performance financière et impact social, environnemental ou sociétal. Mais dans la réalité on ne peut pas dire qu’il y a d’un côté une finance responsable et qu’il y aurait de l’autre une finance irresponsable. En fait, la Finance responsable est celle qui intègre cette double préoccupation et qui rend compte explicitement. Je pense que cette façon d’intégrer l’effet ou l’externalité pourrait devenir peu à peu la règle générale y compris dans la Finance dite traditionnelle.

En Octobre dernier, Amundi, le premier Asset Manageur européen a décidé d’intégrer l’analyse des facteurs ESG dans l’ensemble de ses fonds sous gestion d’ici à trois ans. En intégrant ces critères, Amundi illustre bien que les critères extra financiers entrent peu à peu dans la gamme des critères d’appréciations des Fonds d’investissements. Cette démarche montre bien la dynamique d’évolution de la Finance.

 

Un mot sur le prochain quinquennat de la Fondation. Quelles en sont les orientations stratégiques majeures ?

Changement climatique, croissance démographique, transformation digitale... nombreux sont les défis qui secouent le monde de la microfinance. Il est urgent de mobiliser des ressources, d’innover avec de nouveaux moyens d’action, de renforcer les coopérations. Cette conviction est au cœur des actions de la Fondation Grameen Crédit Agricole et de son plan de développement

La Fondation continuera à s’adapter à ces nouveaux défis en diversifiant ses expertises et en enrichissant ses modalités d’intervention. Ainsi, ces trois enjeux stratégiques guideront son action pour les prochaines années.

 

Propos recueillis par Léo Gaudin

Pour en savoir plus sur le sujet

 

Ce site est réalisé grâce au mécénat de