le Mag

Donner la chance à chacun de s'engager

Paroles de mécènes

Consciente que l’engagement citoyen est l’un des enjeux majeurs de la société actuelle et convaincue que c’est le « faire ensemble » qui permettra à tous de mieux vivre ensemble, la Fondation SNCF œuvre chaque jour pour soutenir des projets permettant à chacun de s’engager dans la vie de la cité. Marianne Eshet, Déléguée Générale de la Fondation SNCF, nous explique sa démarche.
 
 
Aujourd'hui, de plus en plus de Français se posent la question de l'engagement. Comment le définir ? Quelle place occupe-t-il dans la société ? Comment l’exercer ? Que représente cette notion pour la Fondation SNCF ?

L'engagement est un mot réellement porteur de sens et largement rattaché à l'histoire de SNCF, de sa mission et de ses valeurs. En tant qu'entreprise publique au service du public et des territoires, SNCF a toujours compté parmi ses rangs des salariés engagés au quotidien, et c'est sur ce terreau fertile que la Fondation a pu construire son action et la développer jusqu'à aujourd'hui. Ainsi, pour satisfaire au mieux la volonté d'engagement des salariés de SNCF, nous avons établi un dispositif complet pour donner aux personnes souhaitant agir le pouvoir de le faire. Avec plus de 100 associations partenaires, nous offrons dans le cadre du mécénat de compétences - qui a déjà mobilisé près de 2000 salariés en quatre ans, un éventail très large de projets pouvant répondre à leurs différentes sensibilités et niveaux d'implication.

 

Fédérer autant de salariés autour des projets soutenus par la Fondation, est-ce compliqué ?

Effectivement, nous déployons d'importants moyens pour susciter l'envie d'agir et entretenir la flamme de ceux qui sont déjà engagés. Trois personnes travaillent à temps plein sur ce sujet. Notre site internet, une plateforme interne et une newsletter régulière permettent à nos salariés d'être informés sur tous les dispositifs proposés par la Fondation, de mieux connaître les associations soutenues et les projets à venir. Par ailleurs les Coups de Cœur Solidaires, crées en 1998, mettent à  l’honneur dans toutes les régions près de 400 projets portés par des collaborateurs engagés sur leur temps libre dans une association. Le témoignage de bénévoles est une vraie richesse et peut susciter de nouvelles vocations auprès des autres salariés. Enfin, la Fondation SNCF s'attache à créer un contact direct avec les salariés volontaires et les associations.

 

Qu'en est-il des managers ? Encouragent-ils les salariés à s'engager ?

Il reste un réel travail à effectuer auprès des managers. Leur rôle est déterminant, puisque ce sont eux qui acceptent de libérer du temps pour que certains membres de leur équipe s'investissent dans des projets dans le cadre du mécénat de compétences. Tout l'enjeu est de leur montrer les intérêts de cet engagement. Pour répondre à ce défi, nous avons créé en 2016 les séminaires d’équipe solidaire qui permettent aux managers, organisant un team building, d’y inscrire une séquence solidaire. Une vingtaine de séminaires ont déjà été organisés, et les témoignages confirment que ce programme favorise la créativité ainsi que la cohésion interne entre le manager et son équipe, mais aussi entre les salariés eux-mêmes. Au quotidien, les managers constatent rapidement les bénéfices de cet engagement et deviennent ensuite les meilleurs ambassadeurs de la Fondation dans l'entreprise.

 

La Fondation SNCF finance plusieurs initiatives incitant l’engagement des plus jeunes. Pour quelles raisons ?

Si l'éducation est un des trois domaines d'intervention prioritaires de la Fondation, c'est parce que nous croyons qu'il est indispensable de disposer des savoirs de base pour bien commencer dans la vie. Il en va de même avec l'engagement : lorsque les graines du désir d'engagement sont semées tôt, il est plus facile pour les jeunes de se construire, de s'intégrer à la société et de s'ouvrir aux autres. Si cette démarche est initiée dès le plus jeune âge, l'engagement n'en sera que plus durable. Je suis également convaincue que c'est par la pratique que l'on découvre le sens de l'engagement, et qu'il n'est pas nécessaire d'attendre l'âge adulte pour participer à des projets solidaires. Voilà pourquoi la Fondation SNCF soutient plusieurs associations et programmes dans lesquels la jeunesse est au cœur de l'action bénévole. Pour donner quelques exemples, citons l’ANACEJ[1], créée il y a 25 ans, pour promouvoir la participation des enfants (7-12 ans) à la décision publique et à la concertation au niveau local avec les élus. Citons également Citizencorp, avec son programme « Become », qui favorise l’engagement des adolescents (14-15 ans), le Service Civique qui propose aux 16-25 ans (30 ans pour les jeunes en situation de handicap) de s’engager au service de l'intérêt général sans condition de diplôme, et l’Institut de l’Engagement permettant de prolonger le volontariat des jeunes en les accompagnant vers une formation ou un emploi. La Fondation SNCF apporte ainsi son soutien à chacun pour s’engager à tous les stades de sa vie.

 

Le "faire ensemble" ne concerne pas que les collaborateurs ou les jeunes, mais aussi les populations isolées, comme les personnes âgées, handicapées ou incarcérées. Pourquoi est-il important de les impliquer elles - aussi dans la vie associative ?

S'engager, c'est se réaliser en tant qu'être humain. Telle est ma conviction ! Et chacun d'entre nous mérite cette chance, tout au long de sa vie quelle que soit sa situation. Voilà pourquoi nous soutenons, via un partenariat avec France Bénévolat, deux programmes destinés à des publics fragiles. Le premier, HandiCap Engagement, réunit 71 initiatives dans lesquelles les personnes en situation de handicap sont impliquées dans des projets d’intérêt général. En plus de répondre à leur envie d’engagement, ces projets leur permettent de sortir de l’isolement et de reprendre confiance en elles en se sentant utiles. Ce programme constitue une première étape pour créer un mouvement collectif au sein du monde associatif, dans la durée, afin de passer d’un bénévolat « pour » à un bénévolat « avec et par ». Le second programme, Air21[2], se concentre sur les jeunes décrocheurs. Créé en 2013, il s’est fixé quatre objectifs : redonner confiance aux jeunes en difficulté ou en risque de le devenir en les impliquant dans des projets concrets d’utilité sociale au sein d'associations locales, mettre en œuvre ces projets, identifier et mettre en valeur les compétences qu’ils ont acquises et les valoriser. Ainsi, c’est la reconnaissance dans le regard des autres pour leur investissement qui constitue une opportunité de s'ouvrir à nouveau à la société et de se réinsérer. Ces programmes sont de beaux exemples de "faire ensemble" où c'est par la pratique que les liens se nouent et que l'engagement véritable s'incarne, car comme l’exprimait le poète Khalil Gibran, « c’est lorsque l’on donne de soi-même que l’on donne vraiment ».

 

Propos recueillis par Diane Abel


[1] L’Association nationale des conseils d’enfants et des jeunes

[2]Actions Intergénérationnelles pour la Réussite Educative au 21e siècle

La Fondation SNCF intervient dans trois domaines : l’éducation, la culture et la solidarité en s’appuyant sur trois leviers d’actions : la co-construction, l’ancrage territorial et l’engagement des salariés. Avec le mécénat de compétences, les salariés disposent de 1 à 10 jours par an sur le temps de travail pour réaliser une mission solidaire.

 

Ce site est réalisé grâce au mécénat de