le Mag

[Mécénat & Stratégie d'entreprise] Biocoop, ou l’incarnation d’un mécénat cohérent et militant

Expertise

Quel rôle le mécénat joue-t-il dans l’entreprise ? Quelle place a-t-il dans une stratégie globale ? Il va sans dire que la réponse est très différente selon la taille de l’entreprise bien sûr, mais peut-être encore plus selon son modèle. Qu’en est-il chez les entreprises de l’ESS ? Quelques éléments de réponse avec le cas de Biocoop.

Un chercheur américain imaginait en 1991 les responsabilités de l’entreprise sous forme de pyramide, en plaçant la responsabilité philanthropique à son sommet. Son message consistait à dire que l’entreprise ne pouvait être « un acteur de la cité[1] » qu’à partir du moment où elle assumait toutes ses autres responsabilités. Notons que cette conceptualisation s’appuie sur une vision néo-libérale de l’entreprise, où la RSE est envisagée comme un levier d’amélioration de la performance économique, autrement dit de la maximisation du profit.

                                      Pyramide de Archie B. Carroll

Si Biocoop est aux antipodes de cette vision de l’entreprise, il est amusant de constater qu’elle a, quelque part, intégré ce modèle, où le mécénat vient parfaire les fondamentaux d’une activité responsable d’un point de vue économique, légal et éthique.

Des pratiques responsables, l’ADN de la coopérative

Biocoop, aujourd’hui société anonyme coopérative, a été créée à l’origine par des groupements de consommateurs voulant consommer bio et local. En 1986, une association naît et regroupe déjà 40 magasins signataires de la charte fondatrice.

Ses pratiques responsables sont intrinsèques au fonctionnement de la coopérative. La gouvernance multipartite, incluant les salariés, les magasins mais également les consommateurs et producteurs, est le fondement de cette démarche. « Chaque partie prenante contribue, au quotidien, à faire avancer notre projet sociétal : développer et promouvoir l’agriculture biologique auprès du plus grand nombre, développer une agriculture et une alimentation de qualité pour tous. Nous portons un véritable projet politique. » affirme Dalila Habbas, responsable du Fonds de dotation et des partenariats. Un gaspillage de produits alimentaire en magasin quasi inexistant, un approvisionnement en électricité d’origine renouvelable, une stratégie d’aide à la création de filières bio locales, une échelle des salaires de 1 à 5 sont quelques exemples significatifs de pratiques responsables qui ont toujours existé dans la coopérative. Cela ne l’exempte pas bien sûr d’une démarche d’amélioration continue. En effet, comme toute entreprise, elle est soucieuse de faire toujours mieux. Sa performance sociétale, évaluant les pratiques de gouvernance, économiques, écologiques, sociales et sociétales, a augmenté de 8 points entre 2016 et 2018, passant de 68% à 76% selon les audits annuels réalisés par Ecocert.  « La démarche de mécénat est elle aussi en progression, notamment grâce au développement du mécénat de compétences et un ancrage territorial des projets soutenus de plus en plus fort », explique Dalila Habbas.

Une stratégie de mécénat pour prolonger le projet politique de l’entreprise

Près de trois décennies après sa naissance, Biocoop décide de formaliser ses engagements mécénaux en créant un fonds de dotation dans le cadre d’un plan stratégique au titre révélateur : « être militant et reconnu comme tel ». L’objet, très large à son origine, a été recentré depuis sur 2 axes ambitieux : « pour une alimentation durable accessible à tous » et « pour une agriculture paysanne et durable ». « Notre stratégie de mécénat est un prolongement de notre projet politique d’entreprise. Elle est un laboratoire d’initiatives citoyennes. Nos actions visent à réduire les inégalités éducatives, économiques et sociales, à défendre et préserver l’environnement ».

La finalité de Biocoop est la somme des intérêts des 4 parties prenantes de notre réseau coopératif, qui repose notamment sur :

  • Le développement de la Bio en France sous forme de filières engagées
  • Le développement d’une consommation plus responsable et cohérente

Plusieurs exemples peuvent illustrer cette cohérence entre ce qu’on appelle aujourd’hui « la mission de l’entreprise » et sa politique de mécénat et de partenariats.

Ainsi, côté business, la politique d’approvisionnement repose en France sur la filière bio et paysanne de proximité[2]. Côté mécénat, le fonds de dotation soutien des associations luttant contre la précarité des paysans. Autrement dit, puisque Biocoop assume ses responsabilités économiques, légales et éthiques auprès de ces acteurs, sa responsabilité philanthropique peut s’exercer très naturellement.

Autre exemple illustrant cette cohérence : distribuant du bio, la coopérative refuse logiquement les produits contenant des OGM. En écho, l’association Faucheurs volontaires d’OGM est soutenue par le Comité de partenariats. Il est à noter que ces deux soutiens sont peu courants pour une entreprise, car reflétant une dimension politique incontestable.

La dernière illustration porte sur les « collectes bio solidaires » (voir la vidéo). Ces opérations sont organisées dans les magasins au profit des épiceries sociales et solidaires. Elles se différencient des collectes classiques sous deux aspects. D’une part, la conviction que les personnes dans le besoin ont droit à des denrées alimentaires bio et de qualité. D’autre part, le don du consommateur revient à 100% aux associations. En effet, les gérants des magasins leur reversent un don financier correspondant au montant de la marge réalisée sur les produits collectés. Une pratique que Biocoop aimerait pousser auprès des acteurs de la grande distribution classique !

 

Le mécénat de Biocoop, s’il n’est pas aujourd’hui au cœur des réflexions stratégiques de l’entreprise, s’inscrit en parfaite cohérence et est porteur de changements inspirants, tant dans l’orientation de ses actions, que dans ses pratiques. Un modèle à suivre sans aucun doute !

 

Sylvaine Parriaux,

Déléguée générale d'Admical


[1] "be a good citizen", Caroll

[2] À l’international sur le commerce équitable 

 

Pour aller plus loin

>> Rapport de développement durable de Biocoop, pages 26-27 sur la politique de mécénat

 
Ce site est réalisé grâce au mécénat de