le Mag

Les entreprises engagées se dévoilent en Gironde

Expertise

Bordeaux, longtemps surnommée la Belle endormie s’est bel et bien réveillée. L’attractivité du territoire ne fait plus de doute et les entreprises ont désormais bien compris l’intérêt de soutenir les initiatives locales qui œuvrent pour le bien commun afin de préserver la qualité de vie du territoire. Admical a profité de l’étape du Tour de France des mécènes à Bordeaux le 14 novembre dernier à Station Ausone pour récolter quelques témoignages auprès des acteurs du mécénat implantés localement.

Interview de Stéphanie Ioan, déléguée générale de la Fondation Bordeaux mécènes Solidaires

Pouvez-vous nous décrire en quelques mots Bordeaux Mécènes Solidaires : sa genèse, sa mission ?

Bordeaux Mécènes Solidaires propose aux entreprises de s’allier pour le développement d’un territoire plus dynamique et plus humain. Créé à l’initiative d’Alain Juppé début 2013, ce fonds de solidarité gère exclusivement des fonds privés, constitués par les entreprises mécènes. Nos missions sont de soutenir des projets concrets d’insertion, de lutte contre les précarités, d’innovation sociale ; et de développer des actions solidaires au cœur des entreprises. Ce sont plus de 25 projets qui sont ainsi soutenus et accompagnés chaque année.

 

Quelle est selon vous la grande plus-value du mécénat collectif ?

Le mécénat collectif est un levier puissant pour agir sur son territoire. Il permet de mutualiser des fonds, mais aussi des expertises, des réseaux, des actions pour agir efficacement. Il permet de coordonner la volonté et l’engagement d’entreprises autour d’enjeux identifiés collectivement comme prioritaires.

Si les grandes entreprises et certaines ETI ont des démarches propres de mécénat, le tissu économique local est composé en grande majorité de TPE et PME qui désirent agir mais de nombreux freins les ralentissent : manque de temps pour s’investir dans le mécénat, manque de compétence pour identifier et accompagner les projets, manque de confiance dans les associations parfois peu connues, sentiment d’être « trop petit » pour apporter une contribution utile. Le mécénat collectif est une réponse pérenne à ces questionnements.

C’est pourquoi Bordeaux Mécènes Solidaires agit comme tiers de confiance auprès des entreprises locales ou directions régionales de plus grandes entreprises : expertise sur les besoins grâce aux diagnostics territoriaux, mutualisation des fonds, mise en synergie des écosystèmes, et bien sûr sélection, financements, accompagnement et mesure des résultats des projets.

 
D’après votre expérience comment se porte le mécénat en Gironde ?

Si l’on en croit les résultats du dernier baromètre Admical-CSA sur le mécénat des entreprises, celui-ci se porte bien dans notre région avec 19% des entreprises pratiquant le mécénat alors que nous comptons 11% des entreprises françaises. Cependant il convient de pondérer ce chiffre avec des territoires chef de fil tels que l’agglomération de Pau.

Beaucoup d’entreprises pratiquent le mécénat également sans le nommer, avec leurs valeurs et leur bon sens. Il est important de les accompagner pour pérenniser ces démarches, leur permettre de bénéficier des dispositifs fiscaux et de valoriser leur contribution.

Enfin, beaucoup d’entreprises, ainsi que leurs conseils professionnels de la finance et du patrimoine, méconnaissent encore le mécénat ou l’attribuent exclusivement aux grandes fondations, comme un sujet inaccessible pour eux.

Un effort de pédagogie et de « démocratisation » du mécénat reste à faire.

 

Et demain ? Quelles seraient les pistes à explorer pour son développement ?

Plusieurs pistes de travail sont à développer et à explorer ; nous pensons notamment à l’engagement des clubs d’entreprises et chambres consulaires comme pédagogues voire formateurs sur les sujets du mécénat, facilitateurs de connexions, animateurs de démarches collectives.

Le témoignage des dirigeants d’entreprise pratiquant le mécénat est également à mobiliser davantage pour démontrer concrètement la performance sociétale que peut apporter une politique de mécénat.

 

3 questions à... Laura Exposito, responsable mécénat de Bordeaux Métropole

Pourquoi la métropole bordelaise a souhaité se lancer dans une démarche de mécénat ? En quoi cela consiste-il ?

Bordeaux Métropole est la première métropole française à lancer une démarche de mécénat. Les motivations de cette initiative sont les suivantes: d'une part développer une culture du financement privé au sein de l'établissement public et de ses collectivités membres, d'autre part créer une proximité avec l'administré et les forces économiques qui peuvent devenir acteurs des projets à travers l'acte de don, et enfin développer des ressources nouvelles pour financer des projets au service de l'attractivité du territoire et de la qualité de vie.


La mission mécénat de Bordeaux Métropole a la particularité d'être au service des projets métropolitains mais aussi des communes qui ont mutualisé cette fonction comme la ville de Bordeaux ou du Bouscat. Le mécénat, compétence spécialisée, peut ainsi être partagé par des communes de toutes tailles sur des territoires très diversifiés, sur la base de la mutualisation de la charge.
 

Quels constats faites-vous sur l’état du mécénat en Gironde ? Est-il bien développé ?

Le mécénat est assez largement développé sur le territoire de la métropole bordelaise. Son ancienneté et sa diversité sont une force.
Sur notre territoire comme un peu partout en France, la demande de mécénat progresse plus vite que l'offre de mécénat. Les acteurs du mécénat en présence partagent donc selon moi une responsabilité commune: sensibiliser de nouveaux mécènes, développer une culture du mécénat individuel et d'entreprises, coordonner leurs actions de collecte pour gagner en légitimité et en efficacité, professionnaliser leurs pratiques pour suggérer la confiance dans le secteur non lucratif et être à l'écoute des mécènes pour mieux les mobiliser.
 

Et les bordelais ? Sont-ils prêts à donner eux aussi pour des missions d’intérêt général sur leur territoire ?

Bordeaux Métropole a lancé plusieurs initiatives de collecte auprès des particuliers :


- Une souscription publique en faveur de la restauration du Pont de pierre qui a démontré l'engagement des habitants de la métropole pour leur patrimoine;
- La création d'une boîte de cannelés La Toque Cuivrée, édition spéciale (1,50 euros reversés par boîte vendue à la restauration du Pont de pierre) avec plus de 15000 exemplaires vendus en quelques mois;
- Un partenariat avec l'organisateur d'une course célèbre sur le territoire, les 10km des Quais, qui a permis de sensibiliser près de 5000 coureurs (dont 100 enfants de 6 à 1 ans) au mécénat du Pont de pierre à travers la réversion de deux euros par coureurs à la restauration.
Ces actions ont permis de démontrer l'engagement des métropolitains et de contribuer à développer une culture du mécénat sur le territoire.

Propos recueillis par Marion Baudin

Pour en savoir plus :

Revivez l'étape du Tour de Frances des mécènes à Bordeaux

Ce site est réalisé grâce au mécénat de