le Mag

Le mécénat de compétences, nouvel outil RH pour l’entreprise ?

Expertise

Si le mécénat de compétences est une alternative au mécénat financier pour accompagner des associations en manque d’expertise et de moyens humains et renforcer son ancrage territorial, il est également un formidable outil de management et de gestion des ressources humaines à l’heure où une nouvelle génération de salariés cherche à donner du sens à son quotidien.

14% des entreprises françaises font du mécénat. Parmi elles, 11% ont fait le pari d’engager leurs salariés dans du mécénat de compétences[i]. Cela signifie qu’elles leur permettent de s’engager au profit d’un projet ou d’une structure d’intérêt général sur leur temps de travail. Et elles sont beaucoup plus nombreuses à avoir développé des dispositifs d’engagement pour les salariés qui peuvent prendre plusieurs formes - journée de mobilisation au profit d’associations, arrondi sur salaire, tutorat de jeunes en difficultés, prestation de service « gratuite », bénévolat, mission longue, … etc – et ainsi permettre au plus grand nombre de collaborateurs de donner plus de sens à leur travail et s’épanouir professionnellement.

Et les grandes entreprises l’ont bien compris ! 28% des ETI et grandes entreprises mécènes se sont déjà lancées dans l’aventure du mécénat de compétences. Favoriser l’engagement des salariés dans le cadre de leur travail permet de les sensibiliser à la responsabilité sociétale de l’entreprise dont ils peuvent être fiers s’ils y sont associés. Cohésion interne et satisfaction au travail s’en trouvent également renforcées. Et ce n’est pas sans conséquence en matière de recrutement. Les entreprises engagées améliorent leur image employeur sont plus attractives auprès des jeunes talents et connaissent un taux de turnover moins élevé.

 

Des barrières mentales persistent

Néanmoins, certains freins persistent en interne du fait d’une relative méconnaissance du secteur associatif et du dispositif souvent jugé complexe à mettre en œuvre. Les managers y voient parfois également un facteur de désorganisation des équipes qui pourrait menacer la réalisation de leurs objectifs et accélérer le départ de leurs collaborateurs. Pourtant, les arguments sont nombreux pour convaincre. En effet, à plus long terme, le mécénat de compétences s’avère également être un bon outil de gestion des carrières. En fonction des âges et de l’avancement des parcours professionnels, il permet d’expérimenter et d’apprendre de nouvelles choses ou de tirer parti différemment de connaissances et de compétences existantes. D’où l’intérêt pour l’entreprise de proposer différents formats aux collaborateurs et d’individualiser les parcours de vie.

 

Des missions variées adaptées à tous les profils

Pour développer les talents de jeunes collaborateurs en début de carrière et booster son attractivité, de nombreuses entreprises ont fait le choix de proposer des missions courtes ou du tutorat. C’est le cas de la Fondation Accenture, dans le cadre de son programme Skills to Succeed qui permet à 25% des collaborateurs Accenture de s’engager pour un total de 5000 jours de mécénat de compétences par an. Des formats un petit peu plus longs permettent également à des salariés en milieu de carrière ou en retour de mobilité de diversifier leurs expériences et de développer de nouvelles compétences auprès d’un nouvel écosystème pour renforcer leur employabilité et donner un nouvel élan à leur carrière. BNP Paribas propose ainsi à ses salariés en cours de carrière de réaliser des missions à temps complet pour partiel pour la réalisation d’un projet précis. Enfin, de plus en plus d’entreprises mettent en place des programmes dédiés aux salariés en fin de carrière pour faciliter la transition entre la vie d’actifs et la retraite avec des missions longues. Par exemple, la fondation Orange propose aux collaborateurs à moins de trois ans de la fin de leur activité professionnelle d’être mis à disposition d’une association à mi-temps pour une période pouvant aller jusqu’à trois ans dans le cadre du dispositif Temps Partiel Senior.

 

Côté salarié, des attentes fortes

Du côté des salariés, les attentes sont fortes. Le mécénat de compétences est une formidable opportunité de donner plus de sens à son travail en contribuant activement à la démarche d’engagement de son entreprise. S’il faut encore dépasser la crainte que l’absence à son poste soit mal perçue ou néfaste à l’évolution, les salariés voient dans le mécénat de compétences la possibilité de s’engager pour les autres tout en expérimentant de nouvelles choses leur permettant de mettre à profit leurs compétences existantes et d’en développer de nouvelles.

Et vous, vous attendez quoi pour vous lancer ?

 

Camille Marc

@Camille_Marc

Pour en savoir plus :



[i] Baromètre Admical/CSA : Le mécénat d’entreprise en France, 2016

 

Ce site est réalisé grâce au mécénat de