le Mag

Relation partenariale : quelle place pour le mécène ?

Comptes-rendus d’événements

Bouchra Allouat, secrétaire générale et directrice de projet RSE de la Fondation KPMG, Philippe Peyrat, délégué général de la fondation d’entreprise ENGIE, Olivier Simmat, chef du mécénat et des relations internationales du Musée d’Orsay et de l’Orangerie, et Alain Mergier, consultant sociologue, étaient réunis au Centquatre-Paris lors du dernier Lab Admical sur le thème "Stratégie et éthique".
Co-construction, mécénat dans la durée, implication croissante des mécènes dans les projets … le mécénat subit de nombreuses transformations dans le sens d’un accompagnement plus poussé et renforce les liens entre les mécènes et les porteurs de projets. Jusqu’où les mécènes peuvent-ils aller dans leur implication ? De quels outils disposent les porteurs de projets pour conserver un partenariat équilibré ? Eléments de réponses suite au Lab Admical du 6 mai consacré au sujet.

Depuis trente ans, le mécénat a beaucoup évolué. Forme ancestrale de lien social et d’échange, le don, ensuite codifié dans la législation relative au mécénat, a connu de nombreuses expérimentations et innovations et il affiche aujourd’hui de nouvelles ambitions et exigences.

Les entreprises s’associent de plus en plus au secteur associatif pour répondre à leurs enjeux stratégiques respectifs et à des enjeux qui relèvent du bien commun. Le mécénat pousse l’entreprise à redéfinir son rôle dans la société. Poussée par celle-ci, elle fait également évoluer ses actions et répond à la demande de plus en plus pressante d’implication de ses collaborateurs, comme le précise Philippe Peyrat, délégué général de la Fondation Engie : « Les jeunes collaborateurs sont de plus en plus engagés. Certain prennent sur leurs congés personnels ou leur temps de travail pour aider des projets. Le travail change avec l’accélération des nouvelles technologies mais également du fait d’une volonté de plus en plus prégnante des collaborateurs de s’impliquer ».

En parallèle, dans un contexte de raréfaction des ressources, les dons doivent se justifier avec davantage de rigueur. Les modèles de partenariat changent, du don à l’accompagnement, la co-construction devenant un facteur clé de réussite pour des mécènes souhaitant constater les effets positifs de leurs actions aux côtés des acteurs de terrain.

 

Du don à l’accompagnement

Les structures bénéficiaires ont ainsi dû s’adapter aux attentes des financeurs, notamment pour intégrer les salariés des entreprises mécènes, leur permettre de participer à leurs actions et de donner du sens à l’engagement de leur employeur. Nouveaux publics, contreparties … les porteurs de projets sont amenés à réfléchir à la nature de leurs partenariats et de leurs interactions avec les mécènes. Olivier Simmat, conseiller du Président des musées d’Orsay et de l’Orangerie et chef du service mécénat et relations internationales en témoigne : « Historiquement, l’interaction avec les mécènes était basée sur les relations publiques, le soutien à une exposition étant un bon moment pour recevoir ses clients. Mais de plus en plus d’entreprises demandent désormais que l’on organise davantage d’actions à destination des salariés, comme une présentation privée de l’exposition par le commissaire-priseur par exemple. La relation avec nos partenaires évolue, résolument tournée vers l’interne désormais. Ces problématiques rejoignent celles du musée d’attirer un public plus jeune et la relation partenariale avec nos mécènes permet d’y répondre. »

 

Cinq étapes-clés pour faciliter la relation mécène / porteur de projet

Si la co-construction et l’adaptation permettent de satisfaire des attentes renouvelées, il est important de conserver une relation équilibrée entre mécène et porteur de projets. A cet effet, quels sont les outils et les bonnes pratiques ?

  • Affirmer son identité

Bien se connaître permet de définir dès le début de la relation partenariale ce qu’on s’autorise à faire ou non. Il est ainsi plus simple d’identifier les partenaires qui partagent un même socle de valeurs.

  • Formaliser le partenariat

Etape incontournable, l’élaboration conjointe d’une convention de partenariat pose les contours du projet par écrit, ainsi que les engagements réciproques des partenaires. Elle peut aussi comprendre le détail des contreparties accordées par le porteur de projet à son mécène. Si les contreparties doivent pouvoir s’adapter aux besoins du mécène, de nombreuses entreprises privilégient les contreparties innovantes, qui préfèrent le lien humain et l’interactivité (rencontre entre les collaborateurs du mécène et les équipes du projet, présentation du projet en entreprise, visite de chantier du projet …) à des contremarques ou des goodies.

La convention de mécénat peut être accompagnée d’une charte éthique pour se mettre d’accord sur le sens des mots et l’état d’esprit du partenariat. Admical a élaboré en 2011 une charte du mécénat, signée par près de 400 acteurs pour donner sa définition d’une relation de mécénat. En accès libre, cet outil à vocation pédagogique peut être annexée aux conventions de mécénat.

  • Informer son partenaire

Le reporting régulier est une opportunité de faire le point sur l’avancement du projet et de responsabiliser les partenaires sur leurs exigences respectives.

  • Développer le lien humain

Le mécénat est un outil de création de lien social, via les projets qu’il rend possible, mais également entre les hommes et femmes qui les mettent en œuvre. Renforcer les liens humains permet de rééquilibrer les dysfonctionnements éventuels, d’adopter un vocabulaire commun et d’instaurer un climat de confiance.

  • Evaluer le projet et la relation

A l’aune d’indicateurs et de critères définis ensemble en amont, les partenaires peuvent évaluer la réussite du projet. Une relation équilibrée est une relation gagnant-gagnant dans laquelle les deux parties sont équitablement contentes du résultat et se sont mutuellement enrichies.

 

Camille Marc

@Camille_Marc

Pour en savoir plus : 

>> Sur les implications juridiques liées aux contreparties, accédez à la fiche repères Admical n°6 : "Mécénat et contreparties" 

>> Retrouvez la Charte du mécénat d’Admical

 

Ce site est réalisé grâce au mécénat de