le Mag

Lutter contre la fracture numérique des senior

Comptes-rendus d’événements

Le 2 juillet dernier, la Fondation petits frères des Pauvres, récompensait 10 lauréats sélectionnés pour leur engagement dans la lutte contre la fracture numérique chez les personnes âgées. La thématique choisie a permis de faire connaître des projets qui, grâce au numérique, impliquent la préservation d’un lien social et de l’autonomie des personnes âgées. Plus de 180 dossiers de candidature ont été lus et seuls 10 projets ont été retenus puis récompensés.

La thématique de la fracture numérique chez les personnes âgées n’est pas choisie au hasard. En effet, selon une étude des petits frères des Pauvres, 27% des personnes de 60 ans et plus n’utilisent jamais internet[1]. La fracture numérique est clairement visible sur ce public et entraîne une exclusion qui est généralement un facteur aggravant d’isolement social.

Cette exclusion peut trouver ses origines dans le fait que notre société est de plus en plus connectée. Aujourd’hui, le numérique permet de garder le contact avec le monde entier et surtout avec les proches. Les relations familiales évoluent et internet est un des moyens de maintenir le lien.

Beaucoup de personnes âgées n’accèdent pas à ces services numériques. Par manque d’envie et d’intérêt, puisque ces outils ne concernent pas leur génération et sont parfois étrangers à leur mode de vie. La dépendance physique et le handicap peuvent aggraver ce manque d’intérêt et ainsi isoler totalement les personnes âgées du reste du monde.

C’est dans ce contexte que la Fondation a souhaité alerter les pouvoirs publics sur ce risque aggravant. Cette alerte passe par la présentation de 14 recommandations dont le lancement d’un plan national d’envergure de lutte contre l’exclusion numérique des personnes âgées[2].

 

Les petits frères des Pauvres considèrent que l’utilisation d’internet doit faire partie intégrante du quotidien des personnes âgées.

C’est dans ce contexte qu’une remise de prix à été organisé le 2 juillet dernier, afin de permettre à des structures de développer des outils et actions qui vont dans ce sens d’inclusion numérique.

Les lauréats ont tous en commun l’envie de créer le lien entre les personnes âgées, parfois dépendantes et/ou handicapées, en centre spécialisé ou à domicile et les pratiques du numérique. Les projets revêtent différentes formes mais ont tous en commun de s’adresser à un public en marge des pratiques numériques.

 

Certains proposent des activités sous forme de loisirs. C’est le cas d’Unis-Cité avec le projet « Silver Geek » qui a pour but de proposer des ateliers ludiques avec les seniors autour du numérique et d’un concours endiablé de bowling. L’association Les Genêts d’Or propose une approche ludique et thérapeutique du numérique : grâce à des casques de réalité virtuelle, les seniors peuvent profiter de balade dans des lieux mythiques, tels que le Louvre ou une plage de sable fin au bout du monde.

D’autres projets ont été pensés pour mettre le lien social au cœur de l’action. C’est le cas de Créative Handicap qui propose à des seniors et des jeunes en décrochage scolaire de travailler ensemble sur des projets de modélisation et d’imprimante 3D. De son côté, Habitat et Humanisme souhaite développer des tables ludiques et thérapeutiques, dans les halls de ses Maisons. Cet outil permettra aux seniors d’explorer les possibilités du numérique et de partager cette expérience avec d’autres personnes et leurs proches venus leur rendre visite.

Les projets dédiés au numérique se basent aussi sur un réseau d’entraide et d’accompagnement, permettant aux plus âgés d’être soutenus dans leurs démarches. Ainsi, Médiance 13 propose un soutien dans l’accès aux droits par le biais d’ambassadeurs qui vont accompagner les personnes âgées en difficulté. Le réseau est aussi au cœur des pratiques pour l’association Géront’O Nord. Par le biais d’un réseau solidaire composé de séniors volontaires, l’objectif est d’intervenir au domicile des personnes âgées isolées pour les aider dans leurs démarches.

Enfin, le lien social est préservé autour de temps d’accueil en lien avec le numérique. C’est le cas du projet « Café branché » du centre socioculturel le Palabre, qui propose d’apporter des savoirs et un soutien informatique aux personnes âgées. Le programme « Ptits dej numériques pour nos aînés mal logés » du comité d’actions logement de Paris permet aussi de se retrouver autour d‘un événement plus matinal et de partager savoir faires et expériences de l’outil numérique.

Enfin, l’exclusion du numérique passe aussi par un manque d’accessibilité aux différents outils.Pour palier à ce problème, Luoga-Beziers a choisi de développer un projet de triporteurs numériques capables de se déplacer de ville en ville et de faire venir le numérique aux personnes les plus isolées. Quant au projet « le café numérique mobile Germaine », mis en place par la fédération des centres sociaux et socioculturels de Vendée, il prévoit un petit bus, ayant pour vocation de sillonner les routes du département pour aller rencontrer les habitants et leur permettre de découvrir l’outil numérique.

 

Ces beaux projets ne manquent pas d’idées pour permettre à nos seniors de se familiariser avec les outils numériques. Luttant contre l’exclusion, ils sont de véritables fédérateurs sociaux et permettent à chacun de pouvoir s’épanouir et de se servir des outils dernière génération.

 

Tifenn André

@AndreTifenn

 

A découvrir également :

Un entretien avec Isabelle Delapllace, déléguée générale de la Fondation FDJ

 

Entre véritable opportunité et facteur d'exclusion, le numérique est aujourd'hui au coeur des processus d'intégration. Isabelle Delaplace explique comment la Fondation FDJ agit dans ce domaine.

 

Ce site est réalisé grâce au mécénat de