|    18 Mai 2020

Face à la crise du Covid-19, la Fondation nehs Dominique Bénéteau renforce son engagement

La Fondation nehs constitue un fonds d’urgence et de reconstruction pour les porteurs de projets qu’elle accompagne. Doté de 500 000 euros, ce fonds a deux objectifs : aider les porteurs de projets déjà partenaires à affronter les urgences rencontrées aujourd’hui et faciliter leur reconstruction demain.

Dans le prolongement des initiatives portées par le groupe nehs, la Fondation nehs Dominique Bénéteau s’adapte et se mobilise pour être aux côtés des porteurs de projets qu’elle accompagne, faisant preuve d’inventivité et de résilience pour trouver des solutions, seuls ou en s’alliant à d’autres structures, afin de répondre aux besoins de leurs des bénéficiaires.

 

Un fonds d’urgence et de reconstruction pour soutenir les porteurs de projets déjà partenaires

Les grands partenaires et lauréats de l’appels à projets 2019 agissent pour prendre soin de l’humain dans la santé, garantissant des soins accessibles sur tout le territoire, développant une culture préventive de la santé et permettant un parcours de soin mieux vécu par tous, particulièrement pour les plus vulnérables.

Parce que la collaboration et la coopération entre les patients professionnels du soin, aidants et proches sont plus que jamais nécessaires, la Fondation a pris des mesures exceptionnelles en constituant un fonds d’urgence et de reconstruction pour tous les porteurs de projets qu’elle accompagne déjà, présents sur le terrain, dans les établissements de santé, les centres d’accueil, à domicile et dans la rue.

Doté de 500 000 euros, ce fonds a deux objectifs : aider les porteurs de projets à affronter les urgences rencontrées aujourd’hui et faciliter leur reconstruction demain.

 

Des besoins urgents et à plus long-terme

Dès le début de la crise, les porteurs de projets ont été contactés pour comprendre leurs enjeux. Ils ont fait part pour certains de besoins immédiats de terrain pour assurer la continuité et/ou le renforcement de leurs actions auprès de leurs publics bénéficiaires : manque de masques et de gels, diminution des équipes salariées et bénévoles, fermetures des centres d’accueil, difficultés à trouver des nuitées d’hôtels afin de mettre à l’abri les personnes les plus vulnérables…. Pour d’autres, des problématiques structurelles sont à craindre dues à des retards de versements de dotations ou des reports d’appels à projets, affectant leur viabilité économique.

Depuis le 3 avril dernier, chacun d’entre eux peut solliciter une demande d’aide au fonds d’urgence et de reconstruction, explicitant les actions menées et les besoins associés. Ces demandes font ensuite l’objet d’une instruction par l’équipe opérationnelle et, le cas échéant, par le Conseil d’administration à travers une procédure simplifiée : afin de rendre la prise de décision plus souple et rapide, quatre administrateurs se sont désignés pour étudier les dossiers au fur et à mesure. L’équipe prépare ensuite un avenant à la convention existante, qui, une fois signé, permet d’envoyer les fonds nécessaires au plus vite.

 

A ce jour, le fonds soutient les actions d’urgence et de reconstruction suivantes : ADSF, Médecins du Monde, Aux Captifs la libération, le Groupe Hospitalier Paris Saclay, Ikambere, le planning familial d’Indre-et-Loire, le réseau Osmose, et l’association Sauvegarde du Nord.

 

 

 

Ce site est réalisé grâce au mécénat de