10e étape du Tour de France des mécènes à Lyon

Le Tour de France des mécènes a repris sa route ! Pour cette première étape de l'année 2018, il s’est arrêté le 27 février dernier dans la capitale de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Lyon. Le musée des Confluences a accueilli plus de 110 participants venus assister à l'évènement.

Une soirée riche en témoignages inspirants qui nous a montré que le mécénat, déjà bien ancré en Rhône-Alpes depuis déjà plusieurs générations, a encore de belles perspectives de développement.

                                                                                                                                                                                                                             

 
 
La dixième étape, déjà !

Admical se rendait le 27 février 2018 dans l’un des lieux phares de la métropole lyonnaise, le musée des Confluences. En effet, pour la dixième étape du Tour de France des mécènes, Admical a choisi un endroit clé, symbole de modernité et qui surtout, trouve ses racines dans la philanthropie. Hélène Lafont-Couturier, directrice du musée est revenu sur la figure d’Emile Guimet, homme d’affaires qui « voulait faire un musée de la pensée humaine afin que le plus grand nombre puisse en profiter. »   

Cette étape aura rassemblée plus de 110 participants. Mécènes, porteurs de projets, collectivités et citoyens ont partagé leurs convictions sur le mécénat et le rôle sociétal de l’entreprise. Loin de n’être qu’un levier fiscal, le mécénat s’inscrit aujourd’hui dans une véritable stratégie d’entreprise et témoigne d’un engagement fort des entrepreneurs de la région. Myriam Picot, Vice-présidente de la Métropole de Lyon déléguée à la culture, disait même que « toutes les compétences de la métropole sont en première place pour illustrer des projets et pour attirer le mécénat. »

Le mécénat déjà bien ancré dans la région semble donc avoir de belles perspectives d’avenir en Rhône-Alpes !

 

Lyon, une ville qui baigne dans le mécénat

Si 14% d’entreprises sont aujourd’hui mécènes en France, il en reste encore 86% à convaincre*. Mais l’engagement pour l’intérêt général semble aujourd’hui un passage obligé pour les entreprises et les entrepreneurs. Pour Christian Korsougne, dirigeant de Lyséo, « cela paraissait naturel de partager la richesse que l’on pouvait créer. » Nous constatons que le mécénat est l’un de ces leviers d’engagement, et s’ancre de plus en plus dans la stratégie globale des entreprises. Et pour cause, il présente de nombreux bénéfices : expression des valeurs de l’entreprise, amélioration de l’image, ancrage sur le territoire, ouverture à son écosystème, levier d’innovation et un système fiscal très attractif. Ainsi, l’ancienne région Rhône-Alpes marquée par une forte tradition d’entraide et de philanthropie compte de nombreux mécènes sur son territoire, dont plusieurs ont témoigné hier soir. Alain Mérieux, figure emblématique du mécénat familial dans la région et parrain de cette 10e étape a rappelé que « Lyon a toujours été une ville engagée. Les entreprises s’impliquent dans la vie locale et c’est normal d’y participer, chacun y a sa place » avant de donner sa vision du mécénat « plutôt que le mot mécène je préfère le mot partenaire qui décrit mieux la logique collective au service de l’intérêt général ».

 

Fédérer les collaborateurs en créant une démarche porteuse de sens

Longtemps tourné vers l’externe, les témoignages de cette étape ont prouvé que le mécénat s’inscrit de plus en plus dans une démarche permettant de redonner du sens en interne aux salariés de l’entreprise.

Pour Christian Korsougne, mécène d’Habitat et Humanisme, « le mécénat nous a permis de fédérer les équipes autour d’un projet en leur montrant que l’entreprise est humaine et impliquée au-delà de son business ». Eric Lambert, secrétaire général de Boehringer Ingelheim, a lui aussi témoigné d’un véritable engouement en interne suite au projet d’installation d’un narval prêté par le musée des Confluences dans le hall de l’entreprise. « Dans le mécénat, la satisfaction des collaborateurs est fondamentale. Il s’agit d’abord d’une rencontre, c’est une aventure humaine porteuse de sens et surtout de plaisir ».

Et pour impliquer les collaborateurs, rien de mieux que le mécénat de compétence à l’image de la Fondation Emergences qui regroupe 32 entreprises lyonnaises qui accompagnent en tutorat des porteurs de projets dans leur phase d’incubation. Une démarche qui a porté ses fruits avec plus de 40 projets soutenus via 900 heures de mécénat de compétences et plus 60 ETP crées ou consolidés depuis 2010.

L’innovation a aussi été au cœur des débats. Pour Estelle Boulinguez, responsable de projets au sein de la Fondation Adecco « le mécénat c’est une fenêtre sur le monde pour nos salariés. Le secteur associatif fourmille d’idées et de nouveaux projets et inspire l’entreprise », tandis que Bernard Devert, Fondateur d’Habitat et Humanisme rappelait que « grâce aux mécènes, les porteurs de projets peuvent être les pionniers de l’innovation et proposer des expériences nouvelles ».

Loin du mécénat à l’ancienne consistant simplement à « faire un chèque », ce sont donc de véritables exemples de partenariats gagnant-gagnant au service de l’intérêt général qui ont été mis en lumière hier.

 

Comme l’a rappelé en conclusion François Debiesse, président d’Admical « Nous assistons à une prise de conscience du rôle que les entreprises peuvent et doivent jouer au niveau sociétal », avant d’encourager l’assistance à découvrir de nouveaux horizons en citant le philosophe suisse Alexandre Jollien: « La rébellion d’aujourd’hui c’est l’ouverture à l’autre ».

 

Revivez cette 10e étape !
 

 

Un grand merci à nos partenaires: 

 

Ce site est réalisé grâce au mécénat de