le Mag

En Champagne, le mécénat fait des bulles

Expertise

Didier Janot, Correspondant Admical, Président du Club d’entreprise PRISME et Président de l’agence Horizon Bleu
A l’occasion du lancement du Tour de France des mécènes dont la première étape se déroulera à Reims le 1er décembre, Le Mag se penche ce mois-ci sur le mécénat en Champagne-Ardenne.

Dans le dernier baromètre du mécénat d’entreprise Admical-CSA, la région Grand Est apparaissait comme la mauvaise élève avec un taux d’entreprise mécène bien inférieur (6 %) à la moyenne nationale (14 %). Pourtant en y regardant de plus près de nombreuses initiatives fourmillent et témoignent d’un véritable dynamisme, notamment en Champagne. Didier Janot, correspondant pour Admical dans la région nous en dit plus sur le mécénat dans ce secteur, et notamment à Reims.

 

Didier, la région Champagne-Ardenne compte de nombreuses entreprises. S'intéressent-elles au mécénat ?

Oui de toute évidence, le mécénat est pratiqué par de nombreuses entreprises en Champagne-Ardenne quelle que soit la taille de celles-ci. J’ai la faiblesse de penser que plus on pratique le mécénat dans une région et plus cela prend valeur d’exemple pour les autres entreprises en quête d’intérêt général, un cercle vertueux en quelque sorte.

 

Dans cette région, Reims est l'une des villes très en pointe dans le domaine du mécénat. Comment cela s'explique-t-il selon vous ?

Cela fait partie intégrante de l’histoire de Reims : ville détruite après la première guerre mondiale, la reconstruction des quartiers de la ville, la restauration de certains monuments telle que la Cathédrale, ont fait l’objet de mécénats importants. Les fondations Rockfeller, Carnegie, les maisons de champagne ont nourri un formidable élan de solidarité.

Plus proche de nous, l’esprit coopératif issu du monde agricole et viticole, très développé à Reims, les clubs d’entreprises de mécènes et l’avènement de la mission mécénat de la ville de Reims ont largement contribué à faire de Reims une des premières villes de France en matière de mécénat.
En effet, la mission mécénat de la ville a été créée en 2010 et fait figure d’exemple dans le secteur.

(ci-dessus : Le monument symbole de la ville de Reims, la Fontaine Subé a été récemment restaurée en grande partie grâce au mécénat de compétence de 37 entreprises locales et aux dons de 96 particuliers et 16 entreprises. Un bel exemple d’implication des entreprises et des concitoyens dans la restauration de leur patrimoine local.)

 

Vous-mêmes, vous êtes très investi dans le secteur du mécénat. De quelle façon ?

J’anime un club d’entreprises mécènes qui existe depuis 1989, PRISME. L’objet principal de   notre club est la promotion du mécénat au travers de la réalisation d’œuvres d’art urbain sur le domaine public et le soutien à l’art contemporain, plus particulièrement la jeune création contemporaine. Avec le financement de nombreuses œuvres d’art publiques sur le territoire de Reims Métropole, nous nous engageons également à soutenir la jeune création contemporaine en permettant aux artistes la réalisation d’une première œuvre importante, une exposition personnelle ou collective, un ouvrage ou catalogue. Nous sommes partenaire de l’ESAD, école supérieure d’art et de design avec la création d’un prix pour les étudiants de dernière année, un bel encouragement accompagné d’une bourse de 5000€. Les entreprises membres de Prisme sont des TPE, PME, ETI et sont issues de tous les secteurs d’activité, ce qui en fait toute sa singularité.

En tant que dirigeant d’Horizon Bleu, agence de communication, le mécénat fait partie de notre ADN. Nous accompagnons les artistes dans leur promotion, les associations et porteurs de projets par un mécénat financier et de compétence. Je préside également l’orchestre à cordes VIVA, qui répète au sein de l’agence tous les lundis matin pour le plus grand bonheur des collaborateurs et de nos clients de passage et que nous faisons jouer dans les lieux regroupant des publics peu habitués à entendre un orchestre. Membre et mécène de l’ADIAF, j’accompagne avec grand plaisir le prix Marcel Duchamp.

(ci-dessus : "Dans l’intervalle », Christian LAPIE, 2011 / œuvre monumentale composée de 16 figures de 6 m en chêne traité. Une installation sur deux sites : Place Stalingrad à Reims et Place Alfred Nobel à Bezannes / Gare TGV Champagne-Ardenne (Marne, France).Un mécénat privé de PRISME pour un espace public, soutenu également par MARS, Richez & Associés, SNC Lavallin.

Crédit photos : Christian Lapie)

 

Le Tour de France des mécènes sera lancé à Reims le 1er décembre. Qu'espérez-vous de cet événement ?

J’attends une grande mobilisation du monde des entrepreneurs démontrant ainsi leur engagement en faveur de l’intérêt général. Nous souhaitons amener les entreprises qui ne pratiquent pas encore le mécénat à considérer que les actes de générosité, de citoyenneté peuvent faire parti de leur culture d’entreprise et que  cela représente une formidable opportunité pour fédérer les collaborateurs. Pour cela, nous avons prévu de faire témoigner des mécènes et leurs mécénés, autant d’exemples que de formes de mécénat. Une belle rencontre des entrepreneurs en quête de citoyenneté au service des projets du bassin rémois.

 

Propos recueillis par Marion Baudin

 

Le Tour de France des mécènes, by Admical

Le Tour de France des mécènes est une initiative lancée par Admical dans le cadre de son grand plan de développement du mécénat.
Entre décembre 2016 et décembre 2018, Admical traversera une vingtaine de villes françaises afin de partir à la rencontre des chefs d’entreprises sur tout le territoire. L’objectif : mieux faire connaitre le mécénat, sensibiliser les chefs d’entreprises aux atouts qu’il représente pour l’entreprise et pour la société et les aider à sauter le pas !

Le lancement de ce grand Tour de France aura lieu à Reims, le 1er décembre.
Admical poursuivra ensuite son périple en 2017 en allant à la Roche-sur-Yon, Toulouse, Marseille, Strasbourg et Lille au cours du premier semestre.

 

Ce site est réalisé grâce au mécénat de