|    15 Décembre 2017

La Fondation Ramsay Générale de Santé crée son Observatoire du Stress

La Fondation Ramsay Générale de Santé, dont la mission principale est la prévention santé grand public, en prenant appui sur son collège scientifique ainsi que sur les 6 000 médecins libéraux et 18 000 personnels soignants du Groupe Ramsay Générale de Santé, publie les résultats de son premier Observatoire du stress.

Une étude menée sur deux volets

Cette première étude de l’Observatoire du stress de la Fondation Ramsay Générale de Santé se compose de 2 volets :

  • un sondage réalisé avec OpinionWay et visant à définir le rapport des Français au stress;
  • une cartographie médicale du stress réalisée avec Kap Code, start up spécialisée dans la recherche de signaux sanitaire sur les réseaux sociaux, comparant les pathologies associées au stress par les Français via un scan des publications sur les réseaux sociaux entre 2007 et 2016, l’état des publications de la recherche médicale sur le stress sur ces 10 dernières années, et les résultats d’une étude de l’Inserm sur les pathologies avérées découlant du stress.

 

Le stress, le mal du siècle

Selon cette étude,

  • Près de 9 Français sur 10 sont stressés et près de 4 sur 10 ont vu leur stress augmenter sur les 3 dernières années. 60 % des femmes et 57 % des jeunes sont concernés.
  • À court terme, les Français pensent que le stress a un impact sur leur sommeil (54 %), sur leur comportement (40 %) et sur leur vie de famille (26 %) et 8 Français sur 10 sont convaincus de l’impact du stress sur leur état de santé à long terme.
  • Parmi les maladies avérées causées par le stress : les pathologies psychologiques, le surpoids et le diabète, les troubles musculo-squelettiques, mais aussi les affections digestives, cardiovasculaires et dermatologiques.
  • Quant à la recherche scientifique sur le sujet, elle a doublé entre 2007 et 2017. Elle se focalise sur les impacts du stress sur les troubles psychiques (24 %), les cancers (22 %) et sur le poids et le diabète (20 %).

 

Pour en savoir plus :

> Sur l'étude

Ce site est réalisé grâce au mécénat de