|    16 Janvier 2019

Valoriser la richesse de la culture musulmane au Royaume-Uni pour encourager le « vivre ensemble », l’ambition de la Said Foundation

Avec le programme “Amal” lancé en 2017, la Said Foundation s’engage pour soutenir la diffusion des productions artistiques ararbes et une meilleure compréhension de la culture musulmane, à travers des cycles de conférences, des projets d’art visuel, de théâtre, de poésie, de films, de musique et de danse.

Avec ce programme, la fondation a un double-objectif : à la fois améliorer les liens entre non-musulmans et musulmans au Royaume-Uni, mais aussi renforcer le sentiment d’appartenance de ces derniers à l’ensemble de la population du pays. Ainsi, l’inclusion et le vivre-ensemble sont au cœur du projet Amal.

Particulièrement attentive à refléter la diversité, la fondation a soutenu au cours de la première année 39 projets de toutes tailles, représentant différentes pratiques artistiques, et inspirés par des origines culturelles différentes. Le montant total des dotations atteignait les 350 000 £ affectées à des initiatives réparties sur tout le territoire – environ la moitié à Londres, et le reste dans d’autres villes du pays.

 

Quelles conclusions après un an d’expérimentation ?

 

1- Créer des moments de convergence pour que les musulmans et les non-musulmans se rencontrent par le biais des arts et de la culture contribue à ouvrir les esprits et à construire un espace de rencontre et d’entente. Plus l’implication dans les projets artistiques des différentes communautés est soutenue, plus l'impact est profond.

 

2 - Donner aux jeunes musulmans la possibilité de s'exprimer par le biais des arts, en particulier du théâtre, du récit, de la poésie, les aide à élever leurs aspirations, à renforcer leur confiance en soi et leur sentiment d’inclusion. Le recours aux idiomes et aux plateformes artistiques contemporaines est particulièrement efficace en tant qu’outil permettant de faire interagir à la fois le public et les participants.

 

3 - Il est utile de s'adresser à des publics qui ne considèrent pas les musulmans de manière particulièrement négative et / ou monolithique, car nombre d'entre eux ont malgré tout peu d'occasions de nouer un véritable dialogue avec les musulmans. Ils ressortent de telles « rencontres » avec une compréhension plus profonde qu'ils transmettent aux autres.

 

4 - La représentation des musulmans sur les scènes et aux écrans remet en question les perceptions négatives et fournit aux jeunes musulmans des modèles de comportement auxquels ils peuvent aspirer.

 

5 - Les réseaux et les incitations nécessaires pour que les musulmans progressent dans les secteurs créatifs sont à peine soutenus par les communautés musulmanes britanniques ou par des bailleurs de fonds publics. Les nouveaux contenus media mettant en scène des musulmans renforcent souvent les préjugés en décrivant des stéréotypes.

 

6 - Un financement ciblé peut influencer la pensée et l'approche des organismes artistiques et des autres bailleurs de fonds. L'intégration de la production culturelle musulmane offre la possibilité de présenter des artistes qui, sans ce financement, ne pourrait absolument pas se produire.

 

 

>> Pour en savoir plus sur la Said Foundation

>> Pour télécharger l’intégralité du rapport (en anglais), cliquez ici

 

Ce site est réalisé grâce au mécénat de