|    12 Novembre 2018

Optic 2000 soutient iSee, une solution française de télé-réfraction

Depuis quelques mois, la Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild expérimente iSee©, une solution de télé-réfraction conçue par le Docteur Philippe Morizet, ophtalmologiste et chargé d’enseignement universitaire à Paris en réfraction subjective adaptée. Optic 2000 soutient le projet.

Une centaine de jours, c’est le délai d’attente moyen avant d’obtenir une consultation chez l’ophtalmologiste en France.

En 2015, l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) publiait un rapport de recommandations encourageant notamment la délégation de tâches.

 Dès 2016, la Loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) prévoyait des « contrats de coopération », afin que les ophtalmologistes puissent s’associer à un orthoptiste, dans le but de lui déléguer certaines tâches.

La télémédecine ouvre également des pistes intéressantes pour fluidifier le parcours de prise en charge. Le dispositif de télé-réfraction iSee©, doté d’intelligence artificielle, fait partie des dernières innovations. Actuellement en phase de test en milieu extrahospitalier et à la Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild, avec le soutien d’Optic 2000, il permet de dématérialiser l’examen de la réfraction et ainsi multiplier par 1,5 le nombre de consultations par ophtalmologiste.

 

Un examen de réfraction subjective réalisé à distance

L’examen de la réfraction subjective consiste à tester et mesurer précisément la vue, afin de définir la meilleure correction pour le patient. iSee© permet de réaliser cet examen à distance, grâce à un ordinateur relié à une plateforme d’orthoptistes.

Concrètement, tout se passe chez l’ophtalmologiste, mais pas nécessairement avec l’ophtalmologiste.

 

L’ensemble des bilans médicaux tels que le fond de l’œil ou la pression oculaire est réalisé par le médecin. En revanche, avec ce dispositif de télé-réfraction, la mesure de l’acuité visuelle et de la réfraction est faite, dans une deuxième salle, sans la présence du médecin, par une machine « presque » autonome. Pourquoi « presque » ? Parce qu’elle est en réalité pilotée à distance, par visioconférence, par un « téléréfracteur » situé quelque part en France. Celui-ci, orthoptiste de formation, effectue l’examen selon un protocole totalement personnalisé déterminé par l’intelligence artificielle.

 

Le téléréfracteur est entièrement guidé par les algorithmes interactifs brevetés du logiciel iSee©. L’intelligence artificielle permet d’adapter automatiquement la cascade d’examens à réaliser au patient. En cas d’incertitude, l’humain peut prendre le relais sur le logiciel. « Chaque plateforme de téléréfraction comportera la présence d’un orthoptiste « expert » capable de piloter lui-même les examens sans le secours de l’intelligence artificielle », explique Philippe Blanc, chargé de mission santé chez Optic 2000, parrain de ce projet.
 

Pour nourrir la connaissance de cette IA, pas moins de 200 000 examens de réfraction ont été analysés. Une masse de données colossale, amenée à continuellement se développer.

 

Pour en savoir plus :

> Sur l'engagement sociétal du Groupe Optic 2000

> Sur la Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild

 

Ce site est réalisé grâce au mécénat de